Le cas du ménage de printemps en hiver

Accueil > Blog > Le cas du ménage de printemps en hiver

On y a cru à Bordeaux, pendant quelques heures, que THANKGOD l’hiver était passé. On a vu les températures baisser, le soleil soleiler (sic.), la mèche au vent [glacé]. Pendant les vacances, cette période bénite, où A. était en arrêt maladie suite à une petite opération programmée, où l’enfant (privé de Centre Aéré parce que si t’appelles pas 6 semaines avant pour réserver et bah y’a plus de place) se tenait à mes côtés quémandant activités récréatives et ludiques, j’ai décidé de rajouter une couche de reloutude avec le GRAND-MENAGE-DE-PRINTEMPS-D’HIVER-QUELLE-BONNE-IDEE.

 

 

Avant de se lancer, vraiment, dans le zéro déchet, on a commencé par la consomm’action. Le genre de mot qui claque et qui veut dire qu’on achetait, du moins on pensait acheter, responsable. A l’époque, ça voulait surtout dire d’occasion. On arpentait les Emmaüs du coin à la recherche de la pépite. Je traînais tout le monde dans les vide-greniers à la recherche de rien du tout mais qu’on trouvait quand même. On rentrait les bras chargés et on accumulait. Des horreurs parfois (surtout à cause d’A. #offcourse).

Ça faisait un moment que ça me turlupinait. Ça faisait un moment que j’avais envie de trier/ranger pour vider un peu notre appartement. Je crois que j’avais aussi besoin de me délester, de me débarrasser de certaines choses (coucou la psychothérapie) et de retrouver de l’espace. Pour autre chose, ou rien en fait. Alors, je me suis lancée. On a commencé par le plus fastoche, le couloir et le placard à chaussures. Et quand, tu vois que, déjà, ça te prend une après-midi ENTIERE, tu commences à flipper pour la suite. Le plus frustrant, c’est qu’une fois terminé, on a entamé le salon. Et logiquement, tout ce qu’on triait/vidait, se retrouvait dans le couloir (plus du tout) rangé.

 

 

J’ai repris chaque livre que j’avais. Je les ai feuilletés pour retrouver des post-it, des photos, des mots que j’ai pour (mauvaise) habitude de cacher à l’intérieur. Je me suis rendu compte que j’avais certains livres en double exemplaire. J’ai essayé d’appliquer la méthode de Marie Taekwondo #ptdr en me demandant : « Est-ce que ce livre me procure de la joooiiiiie ? » d’un regard concentré et pénétrant. Et j’ai rempli 3 cartons. J’ai enfin laissé derrière moi les livres cultes du lycée que je ne relirai certainement jamais. J’ai tenté de me détacher des objets et de ne laisser que l’essentiel (oui la collection des « Accros au shopping » est toujours là #SoWhat). J’ai ensuite enchainé avec les DVquoi?, les jeux de société, et le reste. Il a fallu ranger le « fameux » tiroir à bordel qu’on a tous, même toi là-bas si si. J’ai (presque) tout refoutu dans une boîte en bois, ce qui du coup fait beaucoup plus rangé.

 

 

La chambre de l’enfant a été passé au crible. On a mis sa batterie sur Le bon coin, on a donné aux copains/copines, on a préparé des cartons pour Emmaüs (juste retour des choses). J’ai passé 3 JOURS dans la cuisine. En ouvrant les placards, j’ai découvert des vestiges de notre vie d’avant : des pâtes d’amandes dégueu, 2/3 conserves dégueu, des colorants alimentaires dégueu, etc. J’ai aussi fait le tri dans les ustensiles, viré les 2/3 boîtes en plastique qui restaient là-bas dans le fond, les boules à thé en silicone que je n’utilise plus (#noplastic) et le reste. Certaines choses ont rejoint les cartons de dons et d’autres ont été adoptées via Geev. Mais il a bien fallu se rendre à l’évidence, certaines devaient être jetées. Et là, c’est dur. J’ai rempli 2 gros sacs poubelles la larme à l’oeil, une boule de culpabilité dans la gorge.

J’ai ensuite tout nettoyé, la thérapie par le propre. J’ai même été jusqu’à enlever les boutons de la cuisinière pour nettoyer en dessous (Oui ça s’enlève. Merci Ben pour la découverte après 10 ans d’utilisation). J’ai récuré le four, le joint (du four) et le reste, dégraissé, aspiré, lavé, poussé les meubles et tout réorganisé.

Aujourd’hui, l’appart est PRESQUE entièrement trié et rangé. Il reste notre chambre, sixième cercle de l’enfer, puisque tout ce qu’on vend sur LBC est stocké là en attendant. Le nettoyeur vapeur est prêt à chauffer ce week-end pour terminer les 2/3 coins, le canapé et le tapis dans la chambre de l’enfant. On y voit beaucoup plus clair, ça résonne même dans la salle de bains. Maintenant, le challenge va être de ne pas remplir. Mais je crois qu’on est bien partis. Je ressens moins le besoin d’avoir/acheter qu’avant (même la bonne occas mais si tu vois bien que c’est IN-DIS-PEN-SA-BLE) et j’espère que ça va continuer. #Onycroit