Le cas du “Please stand by”

Accueil > Blog > Le cas du “Please stand by”

Il y a des choses qu’on vous dit quand vous sentez poindre en vous l’envie d’agrandir l’arbre généalogique de la famille. Il y a des choses qu’on vous dit quand vous checkez frénétiquement votre calendrier (ou votre glaire cervicale) pour savoir quand féconder. Il y a des choses qu’on vous dit MAIS qu’on n’écoute pas [et/ou] qu’on ne veut pas entendre. Genre : “Attention hein, bonjour l’enfant, adieu libre arbitre ahah…argh”. A l’époque, j’ai fait un geste genre #balek… Sauf que, depuis, il y a eu 2-deux-oui-deux-longs-longs-longs-mois-de-grandes-vacances…

11 septembre 2017, l’enfant est retourné à l’école (oui, parce que, comme on est un peu maso – on a décidé de rallonger les vacances d’1 semaine), et je dois dire que je suis soulagée de pouvoir le confier à l’éducation nationale la journée. Pendant 2 mois, aussi à cause d’un cafouillage de Centre Aéré avec la mairie de Bordeaux, j’ai été à plein temps avec mon fils. C’était aussi enrichissant (<3) que frustrant (:/). Parce qu’un enfant, qui plus est en vacances, ça s’occupe. On pense, qu’en grandissant, on va arrêter d’agiter des jouets hystériquement devant leurs yeux blasés : erreur. A presque-5-ans, ce ne sont plus des jouets mais des sorties : au parc, au ciné, au musée, à la piscine etc. etc. etc. etc. etc. etc. etc. des activités : peintures, coloriages, pâte à sel, etc. etc. etc. etc. etc. etc. etc. qu’il faut proposer tous…les…jours… Sorties et activités que vous devez bien sûr encadrer (de votre œil bienveillant – attention la team #goodparenting guette). Sorties et activités auxquelles vous devez aussi, parfois, souvent, toujours, participer.

Alors voilà, le temps est passé et j’ai, pas du tout sans m’en rendre compte, mais complétement sans le vouloir, mis mon (ce) projet entre parenthèses. Mon cerveau s’est mis en mode automatique “mère au foyer”, je le confesse. Le seul point positif niveau couture : j’ai profité des quelques journées de temps libre (thanks dude), pour coudre, oui, mais pour ma garde-robe only. 2 nouvelles jupes (patron de Dana en english mon gars) et 1 nouvelle robe Frida ont ainsi complété ma penderie. Et j’avoue, ça m’a aussi fait du bien de revenir à mes premiers amours, au pourquoi je me suis lancée dans la couture à la base, au plaisir grisant de porter ce qu’on coud. J’ai continué à gamberger quand même, sur la suite, sur le site. Et voilà, aujourd’hui, on y est, je peux le dire :